© Pascel Ken

guillaume amat
jean-luc aribaud
sophie chausse
cyrus cornut
catherine corvec
damien guillaume
christopher héry
françois jonquet
pascal ken
harold lagaillarde
julien lombardi
thibault de puyfontaine
kristine thiemann
baptiste de ville d’avray

collectif
du grain à moudre

cristina de middel
javier arcenillas
marga garrido

2011 2010 2009  
2008 2007 2006  
2005 2004 2003  
2002 2001 2000  

l'association
participer en 2013
liens
contact
© cyrus cornut
© cyrus cornut
cyrus cornut
Voyage en périphérie
2>29 AVRIL
LE ROCHER DE PALMER
DU LUNDI AU VENDREDI 14H > 18H
OUVERTURE LES samedi 7 ET dimanche 8 AVRIL
ET LES SOIRS DE CONCERTs
1 RUE ARISTIDE BRIAND 33152 CENON - 05 56 74 80 00

« L’important ça n’est pas la destination, mais la déambulation ».
La photographie est pour moi une condition mentale. J’y suis arrivé par le voyage. Inversement, la nature fixe de l’image a le pouvoir de transporter son spectateur. Dans la riche diversité des paysages français, les banlieues restent des territoires d’ « antivoyages ». Construites dans la hâte et dans une histoire courte, elles sont loin de véhiculer l’image consensuelle d’une France romantique. Elles sont souvent des dortoirs plutôt que des sites touristiques, des zones d’activités plutôt que les quartiers historiques. Les formes urbaines adoptées épousent la grande échelle. Les principes de la ville classique, ont été inversés. Le bâti n’est plus la résultante du dessin de l’espace public, il ne s’insère plus dans un tissu. Émergent alors des volumes platoniciens inspirés des préceptes de la charte d’Athènes où l’espace public devient lâche et résiduel. Le plan urbain s’adapte aux véhicules motorisés et le piéton n’a plus de raison d’être. Si le territoire a ses centres géographiques, économiques, politiques ou culturels, les banlieues en sont le centre névralgique. Fragiles comme toutes entités ayant grandi trop vite, elles nourrissent nos fantasmes et cristallisent bon nombre de questions de l’époque actuelle. « Voyage en périphérie » est une extraspection. C’est l’histoire d’un voyage physique dans les banlieues de « ma ville » qui me semblaient hier plus lointaines que quelques grandes métropoles du monde.

 

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut