Itinéraires des Photographes Voyageurs 2018. BordeauxPage Facebook
L'associaiton Les éditions participer partenaires famille contact

 Jean-Michel André
 borders
 Bibliothèque Mériadeck
Lundi et jeudi de 13h à 19h
Mardi, mercredi et vendredi de 10h à 19h
Samedi de 10h à 18h
85 cours du Maréchal Juin

Le point de départ de ce travail se situe dans la jungle de Calais, à la veille de l’évacuation du bidonville en 2016. Sur ces quelques kilomètres carrés de sable et de broussailles, j’ai rencontré des réfugiés qui cherchaient abri. Des femmes, des enfants et des hommes réunis dans l’espoir d’une dernière traversée. Parmi les nombreuses photographies que j’ai réalisées, j’en ai retenu une, celle du jeune homme accroupi face au mur de grillage qui bloque l’accès au port.J’ai composé Borders autour de cette photographie. Non pas comme une série, ni tout à fait comme un récit : plutôt comme un recueil photographique, avec pour motif la tension entre l’effacement et l’épaisseur des paysages.Borders est un ensemble de photographies prises dans une temporalité flottante et des espaces incertains. En ne situant pas les prises de vue - à l’exception de la Jungle, ce non-lieu -, j’ai volontairement gommé la carte, pour soustraire mon travail à une lecture strictement documentaire. Car les paysages de souffle et de silence que je photographie sont d’abord les miroirs de récits intimes, faits de glissements. Ils tracent un fragile liseré entre le réel et l’imaginaire, le souvenir et le présent. Je suis cette ligne de crête, travaillant l’ombre plutôt que l’objet.Mais Borders serait un contresens si cet ensemble n’était que continuité. Les frontières divisent, tuent. En provoquant la mise en tension de fragments de paysage, j’ai installé une atmosphère de gravité et voulu sonder le vertige du vide.Car, de l’au-delà, que reste-t-il ? L’épaisseur d’un voile, le relief des mots, l’impression de la photographie, pour sceller la possibilité d’une rencontre et d’un dialogue.

Jean-Michel André

Jean-Michel André est diplômé de l’école de l’Image des Gobelins, section photographie.Né en 1976, il vit et travaille entre la France et la Tunisie. Les voyages nourrissent son travail sans qu’il ne prétende dire un pays ou ses habitants. Il préfère emprunter les chemins de traverse : révéler l’ombre, inviter à l’exploration d’une géographie intime, d’une géographie du manque.Depuis une dizaine d’années, il poursuit un travail de création photographique, au croisement des lectures plastique et documentaire. Il s’interroge notamment sur la notion de territoire en questionnant le rapport à l’espace et à la mémoire.Dans ces dernières séries, il investit des lieux qui entretiennent un lien avec un passé révolu pour les interroger au présent : de quels mythes ces paysages sont-ils porteurs ? Quelle société produisent-ils ? Quels désirs accueillent-ils ? Quelles circulations y sont possibles ? Jean-Michel André donne à voir son travail dans le cadre d’expositions individuelles et collectives en France et à l’étranger : Fotofever Paris, Rencontres de la Photographie d’Arles, Bibliothèque nationale de France, galerie Les Bains Révélateurs, Paradise Row Gallery (Londres), Instituts français du Maroc... Lauréat de la Bourse du Talent 2017 - catégorie paysage, sa série « Borders» intègre la collection photographique de la Bibliothèque nationale de France et sera également publiée par Delpire Éditeur dans un ouvrage collectif.

www.jm-andre.com