Itinéraires des Photographes Voyageurs 2018. BordeauxPage Facebook
L'associaiton Les éditions participer partenaires famille contact

Jean-Paul Lefret
archanges-urbains
ESPACE SAINT RÉMI
DU MARDI AU DIMANCHE 14H > 18H30
4 RUE JOUANNET, 33000 BORDEAUX

A travers son parcours autour du monde, Jean-Paul Lefret construit des images où la ville, dans sa dimension effrénée et déchaînée, accueille toujours, quelque part, «un cœur battant et son gardien tranquille». Ces représentations, qui incarnent une entrée en résistance contre l’érosion de l’humain (de la Chine au Brésil, de New York à Paris), nous alertent et nous apaisent. Elles ressemblent à des icônes, mais portent le signe matériel d’une humanité qui s’étiole et qui pourtant résiste : un cœur… Qu’elles arborent comme «un nouvel animisme pour notre modernité, au cœur de l’urbanité». Du matériel au spirituel, le chemin s’inverse à l’infini.
«Enchantez la vulgaire réalité» écrivait Apollinaire…

Philippe Pataud Célérier, auteur et journaliste, nous remet en mémoire cette citation du poète, pour décrire le travail de Jean-Paul Lefret.
«Ce à quoi semblent faire écho ces frêles adolescentes comme tombées par effraction dans un monde qui n’était pas le leur mais dont elles prennent possession, presque sur la pointe des pieds, le regard droit devant elles, nuque parfois de côté.
Elles sont pourtant sereines, auréolées d’une sainteté qui paraît irréelle dans les lieux où elles se manifestent : piste d’atterrissage, périphérique, parking de supermarché, tunnel de métro… Aussi irréels que ces lieux qui n’en sont pas ou sont plus exactement les non-lieux bien réels de notre urbaine modernité. Elles se tiennent là, en contact avec un monde qu’elles ont réduit à l’échelle d’un barreau comme portées par la grâce aérienne des oiseaux dont on chercherait en vain dans le pli des drapés quelques traces de polychromies.
Car elles sont bel et bien vivantes. Et elles sont d’autant plus présentes que leur immobilité contraste avec ce monde qui, lui, ne semble être là que de passage.
Audacieux renversement de perspectives – le monde passe, nous restons – dont seuls sont capables les adolescents avant que ne leur soit inoculée cette raison qui empêtre. Mais que signifie ce cœur, sorte de matricule ventricule, que chacune arbore et qui prend la matière, la couleur du milieu dans lequel il se fond : plumes d’oiseau pour l’une, étiquettes de produits de consommation pour l’autre ?…
En «réincoeurporant» ces espaces désincarnés où s’éprouve solitairement de plus en plus durement la communauté des hommes, ne nous invitent-elles pas à penser à nouveau le territoire comme un corps humain ? Nouvel animisme qui à force d’être chassé de la nature se refugierait dans notre envahissante urbanité ?»

Jean-Paul Lefret

Né en Côte d’Ivoire en 1957, il quitte l’Afrique à 16 ans. Il est diplômé de l’École Nationale de Photographie Louis Lumière à Paris en 1980.
Basé à Paris avec sa famille il puise dans l’héritage de son enfance et ses voyages à travers le monde une inspiration alliant la modernité et l’esthétique, le rêve et la poésie. En parallèle il collabore avec divers magazines : Dealer de luxe, Vogue Bambini, L’Officiel, Muteen, MilK, The Playground.
Une autre partie de son travail personnel s’oriente vers des séries de photographies d’ethnies nomades comme les Tsatans de Mongolie,
les Aborigènes Tiwis en Australie, les Mokens de Thaïlande, les Inuits dans le Nunavut, afin d’éditer des contes inédits pour la jeunesse. Il est également éditeur et contributeur de la revue The Playground.

www.archanges-urbains.com